Le débat sur le moratoire des grandes surfaces

Angers et Avignon ont toutes deux décidé un moratoire pour stopper le développement des grandes surfaces en périphérie et préserver leur centre. Elles ont expliqué leur choix lors d'une rencontre organisée par l'Alliance pour le commerce et Procos, le 4 juillet. 


Que l’on y accède par Cavaillon, Carpentras ou Nîmes, l’entrée d'Avignon est une traversée interminable de zones commerciales. "Les villes moyennes ont beaucoup souffert d’un urbanisme commercial qu’on a laissé faire, y compris nous, les élus, puisqu’on siège dans les commissions départementales d’aménagement commercial", a déploré Cécile Helle, maire d’Avignon, lors d’une matinée organisée par l’Alliance du Commerce et Procos, le 4 juillet à Paris. Fraîchement élue en 2014, Cécile Helle a alors décidé une mesure radicale : un moratoire sur les créations et extensions de zones commerciales, comme elle s'y était engagée pendant sa campagne. "On compte 135 établissements commerciaux pour 10.000 habitants en moyenne, à Avignon on est à 190", a-t-elle justifié. "On se bat aujourd’hui pour que le moratoire soit étendu à l’échelle de l’agglomération et du Scot. C’est une vraie bataille", a aussi concédé la vice-présidente en charge du développement économique de la communauté d’agglomération du Grand Avignon. Malgré tous ses attraits touristiques, le centre de la Cité des papes est dans une situation fragile, avec environ 10% de commerces fermés. Cécile Helle dit partager ce constat avec les maires voisins de Carpentras ou de Cavaillon. Cavaillon qui a pourtant connu une forte expansion de grandes et moyennes surfaces dans sa périphérie ces dernières années.


La municipalité d’Avignon a aussi pris une délibération cadre pour relancer le commerce de centre-ville. Elle a par exemple instauré une taxe sur les locaux vacants, lancé des opérations de requalifications urbaines… Son défi aujourd’hui : inciter les commerçants à étendre leurs horaires d’ouverture. "Beaucoup de commerces sont fermés entre midi et deux,  et ce à la veille du festival", a-t-elle regretté. Alors que la ville est classée en zone touristique, "personne n'ouvre le dimanche", a-t-elle ajouté.

Extrait d'un article des actualités Locatis, Caisse des dépôts et des consignations - 5/07/17.