Boffres, Ardèche (07)

Une auberge coopérative pluri-activités

Description

Une Auberge coopérative en Ardèche

Après validation auprès de notre comité d’experts, l’achat de l'auberge de Boffres a été confirmé ! Villages Vivants achète donc une grande bâtisse, en Ardèche, dans un village de 700 habitants. Une auberge multi-activités verra le jour : un bar/restaurant, épicerie, et plein d'autres activités à venir.

Un projet fringant et pêchu idéal pour remettre de la vie dans le cœur de village, porté par une dream team expérimentée, sympathique et engagée : Ludovic, Antoine, Malika et Mario.

Elle est accompagnée par Le Grenade, groupement d’entreprises de la restauration autogérées en circuits courts.
Les travaux commencent sous peu. Plusieurs mois de chantier seront nécessaires pour remettre l'auberge à neuf et c'est sans doute début 2020 qu'elle ouvrira ses portes.
D'ici là, des chantiers participatifs seront organisés, et la terrasse sera peut-être ouverte cet été.

La presse en parle

Leur page Facebook

2 images auberge2


Pourquoi intervenir ?

Le territoire rural ardéchois est en déficit de commerce et de service. Dans la commune de Boffres, il n’existe plus qu’un seul commerce : le bar-tabac-presse qui est en vente et ne trouve pas de repreneur. Le projet correspond parfaitement au modèle que Villages Vivants souhaite essaimer : réouverture d’un lieu vacant, installation d’un projet multi-activités (épicerie, bar/resto, dépôt de pain…) qui participe autant de la vie sociale que de l’offre de service rurale. C'est aussi une structure coopérative (SCOP), partenaire du Grenade.

 

Les porteurs de projets

Les porteurs de projets sont issus du monde de la restauration et des SCOP et sont passés un temps par Le Court-Circuit et le Biéristan. Antoine Cévost a plus de dix années d’expériences dans la restauration. Mario Sultan est cuisinier et Ludovic Camba a été formé à la gestion. Malika Fassi Fihri est architecte. Elle complète l’équipe avec des compétences précieuses pour la rénovation de l’Auberge.

aubergistes

 

 

Ludovic Camba

Après une année à étudier les techniques musicales avancées et la gestion de projet dans le domaine artistique à la Music Academy International (Nancy, 54), je me suis orienté vers l’anthropologie et le monde de la recherche universitaire. J’ai ainsi validé mon master de recherche à l’université Lyon 2 en me spécialisant sur les champs de la mobilité dans les espaces ruraux. En parallèle de mes études dans un premier temps puis à plein temps dans un second, j’ai affiné ma connaissance du milieu agricole en travaillant en tant qu’ouvrier arboricole en Drôme provencale (Plaisians, 26) où j’ai pu apprivoiser les compétences pratiques nécessaires à la gestion d’une exploitation. Plus récemment, c’est par le biais de la restauration que je me suis familiarisé avec l’entreprenariat et les modèles d’entreprises alternatifs, en travaillant au sein du Bieristan (Villeurbanne, 69) et en rencontrant par la même occasion les acteurs du GrEnADe. Aujourd’hui, c’est tout naturellement que je fais le lien entre toutes ces expériences passées, en m’engageant dans un projet de réhabilitation d’une auberge en milieu rural. Un projet dans lequel la redynamisation et la revalorisation des territoires importe autant que la création de lien social à travers une offre de gastronomie éthique et solidaire et où l’art et la culture pourront également prendre une place importante.

 

Antoine Cévost

Suite à une dizaine d’années dans la restauration, principalement en service (bar et/ou restauration), je ne me trouvais plus en accord avec mon travail dans un lieu “classique”, à cause, entre autre ; des consommations d’énergie, des produits utilisés ou vendus, des gouvernances... Mais après une brève pause réflexion et divers petits boulots je suis entré au Bieristan tout d’abord pour le concept (le milieu de la bière ça me connait), mais aussi pour leurs choix d’approvisionnement (majoritairement bio et local) et finalement pour la forme d’entreprise en SCOP où j’ai découvert l’autogestion en entreprise et appris tout le pan administratif qui incombe à la gestion d’un bar/restaurant. Malgré tout le bénéfice que je pouvais tirer de cette expérience en tant que salarié-associé au Bieristan, mon envie de ruralité devenait trop grande pour rester dans le Grand Lyon, j’ai alors pris une seconde pause où j’ai notamment été ouvrier agricole. C’est alors que nous avons vu l’offre pour l’auberge de Boffres et que l’idée de lancer un projet éthique en milieu rural s’est imposé comme une évidence.

 

 

Malika Fassi Fihri

Architecte Diplômée d’Etat / HMONP Entrée dans l’univers de l’architecture en 2008, j’ai suivi mes études à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris Malaquais, période durant laquelle projets, théorie, expérimentations et nombreux écrits m’ont permis de développer un regard sur l’habitat, la construction et un intérêt certain pour le domaine de la réhabilitation. Au cours de mes expériences professionnelles, j’ai pu parfaire ces sujets en travaillant aux côtés d’architectes du patrimoine dont M.Philippe de la Chapelle (AP associé au sein de l’agence Archipat à Lyon, très engagé dans la préservation des centres anciens) avec lequel nous avions notamment mis en place une charte urbaine, architecturale et paysagère du Vivarais méridional. Ma participation à différents chantiers (formation Construire en bauge avec Amaco, mission humanitaire, suivis en agence et chantier participatif avec l’association LESA) m’a permis de comprendre les exigences de réalisation d’un projet. C’est enfin au sein de la jeune agence Marie Tomasini architectes que j’ai collaboré ces dernières années, sur des projets de maisons individuelles et rénovations à l’architecture contemporaine. Gagnant en maîtrise de la matérialité des projets, j’ai souhaité revenir à un projet qui fasse sens. Il est incarné par l’auberge de Boffres qui allie préservation et dynamisation des centres anciens, enjeux patrimoniaux et démarche culturelle, humaine, créative !

 

Mario Sultan

Cuisinier Je suis entré en école de cuisine avec l’envie de me former à un métier dynamique, créatif, et où le partage est une valeur forte. Je me suis orienté par la suite vers l’aspect pragmatique de ce domaine qu’est la gestion d’une entreprise de restauration car l’école et l’université semblaient être les lieux où il est plus aisé d’en connaître les fondamentaux. À la suite de cela je me suis formé dans divers établissements, du bistro de quartier à Lyon au restaurant étoilé de Bruxelles en passant par le restaurant de montagne en Corse. Lors de ces expériences et au fil des rencontres, j’ai fait la connaissance de ceux qui façonnent les produits dans les campagnes avant qu’ils n’entrent en cuisine. C’est finalement en gardant un pied dans chaque plat que je suis entré à la Marmite Urbaine qui avait ses cuisines dans le Bieristan. Aujourd’hui nous nourrissons au sein de l’équipe cette envie de continuer à partager et de créer dans l’univers aussi vaste qu’est la petite Auberge de Boffres.